Et quand au détour d’un débarras on retrouve les Rêves d’Arda

Partagez c'est s'amuser !

Les Rêves d’Arda ça vous parle ?

Si oui c’est que vous aussi vous faîtes partie de la seconde génération, voire de la première, des rôlistes du grand ouest. Et que parfois certains irrévérencieux vous appellent papa ou papi quand vous lancez les dés…


En cherchant dans un vieux carton des fournitures de bureau pour la prochaine réunion de l’association, je suis tombé sur un petit tas de papier imprimé avec une vieille typo. Et puis en regardant je me suis souvenu d’un GN auquel j’avais participé il y a fort fort longtemps.

En 1997 j’étais encore étudiant. C’est chez Lucie, à la boutique Sortilèges, que j’avais récupéré l’affichette et le bulletin d’inscription pour participer à un GN organisé sur un week-end de 3 jours, du 17 au 19 mai, au château de Ternay.  Oui, il y a 20 ans :), et c’était organisé par ECLIPSE

Par Accrochoc — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=14895421

Magnifique château dans la Vienne, proche de Montreuil-Bellay. Nous étions nombreux à y participer (près de 150 si je me souviens bien), et des frais d’inscriptions à 320 F. Pour la blague ça fait du 48 €


A cette époque là le GN c’était une aventure de cordes et de bouts de chiffons pour pas mal d’entre nous. Je jouais Berfoland, vieux barbare du nord violent et misogyne qui gardait une solide rancœur envers les elfes de la forêt de Ternay. Notre groupe de barbares logeait sous tentes à l’extrémité du domaine. Après avoir pris le temps de badigeonner ma crinière de blanc et vérifié mes armes (une bâtarde et un espadon – fait de tube PVC recouverts de mousses isolantes), notre petit groupe de joueurs venus de Laval s’est mis dans la partie.

Si vous y étiez, vous devez vous souvenir de l’épique bagarre de nuit qui s’est tenue aux alentours de 1h du matin sous les fenêtres du château. Et du mémorable « Bande de sauvages, nous avons des hôtes qui veulent dormir ! » du propriétaire 😀

Ou encore de ce pauvre car de touristes qui à vu ses passagers se faire charger par une horde hétéroclite de rôlistes en mal d’innocentes victimes à racketter. Du feu d’artifice, dont l’artificier n’était autre que le négociant en vin de la partie (chez lequel toutes les réserves furent consommées dès le premier soir).

De l’assaut des barbares, chevaliers et des elfes contre les goules au milieu de la forêt en pleine nuit. Tellement sombre la nuit qu’à un moment on ne savait plus de quel côté on se trouvait.

De ces deux pauvres marchands un peu roublards qu’une majorité d’entre nous avait décidé de dépouiller.

De ce gros bill qui s’est pris de sacrées dérouillées.

Du duel entre Berfoland et une elfe trop douée pour lui.

De l’admiration que nous avions toutes et tous pour les armes en latex, dont le moindre exemplaire coûtait au moins deux mois de bourse étudiante.

Des costumes fait d’un carré de tissu pour la cape, d’une tunique grise pour la maille, d’un vieux sac en jute pour le chaperon.

De plein d’autres choses, dont une grosse partie à été prise en photo. Et dont l’album à tourné entre Angers et Nantes (chez Laurent) mais dont je n’ai plus une trace :'(



C’était à moitié le bon temps. Aujourd’hui les costumes et les armes sont bien plus accessibles. Plus besoin de trimer pendant des semaines pour trouver un coin discret pour jouer. Une sécurité accrue (il y quand même eu une vertèbre brisée :/ ) et une plus grande facilitée d’échange pour les photos et vidéos.

Le grandeur-nature c’est vraiment différent d’une table : à tester si vous ne l’avez jamais fait. Les souvenirs sont hors de prix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *